La « malléabilité des transactions » (le fait que les transactions soient potentiellement modifiables sans être pour autant cassées), rend possible pour un tiers de modifier le hachage d'une transaction fraîchement émise sans invalider la signature. Cela signifie qu'une personne peut retirer des bitcoins à partir d'une plateforme d'échange, modifier le hachage de la transaction avant l'inclusion dans la blockchain, puis contacter le service d'émission pour exiger un remboursement en prétendant que la transaction n'a pas eu lieu. Ce « bug » affecterait toutes les crypto-monnaies existantes.

Gavin Andresen affirme quant à lui que le problème de la « malléabilité de la transaction » est connu depuis 2011 et que les plateformes de change peuvent facilement y remédier dans leur propre logiciel de portefeuille. Le logiciel de base corrige ce défaut depuis la version 0.8.

Andreas Antonopoulos a longuement étudié les technologies des plateformes de change. Son sentiment sur cette affaire peut être résumé ainsi : les problèmes de MT.GOX sont avant tout la conséquence des erreurs des responsables de cette plateforme. D'autres places de change touchées par cette faille auraient en effet réussi à faire face sans le moindre dommage.

Source : mtgox.com - bitcoinfoundation - independent.co.uk




Un client mécontent a fait le voyage de Londres à Tokyo pour demander des comptes :